Visiter Pointe Noire et ses alentours : que voir et que faire au Kouilou ?

La côte sauvage à Pointe Noire

Pourquoi visiter Pointe-Noire ? Ou plutôt pourquoi visiter la région du Kouilou ? 

Pour voir une vrai côte sauvage, la beauté des Canyons oranges, les magnifiques forêts de palmiers surplombant la mer, pour découvrir la jungle équatoriale du Mayumbe et la réserve naturelle de Conkouati Douli.

J’ai découvert Pointe Noire à mon arrivée au Congo. C’est la ville économique du pays où vivent également les expatriés français venant majoritairement travailler dans l’une des firmes pétrolières environnantes.
En réalité, j’ai trouvé le centre ville très moche comparativement à Brazzaville. Bon, les goûts et les couleurs, vous savez que c’est relatif 😉 Mais quand on s’écarte un peu du centre, on y découvre de vrais pépites – et plus je m’excentrais, plus j’apprenais à aimer la ville et sa belle région.

En parcourant les rues de Pointe-Noire hors du centre-ville

Comment et combien ça coûte pour aller à Pointe-Noire ?

Tout dépend de là où vous-vous situez of course. Depuis la France, les billets sont assez dispendieux comparativement à d’autres destinations encore plus lointaines. Avec Air France, nous avons payé entre 1200 et 1500€ le billet aller-retour. Si vous arrivez depuis Brazzaville, les billets sont en général 200 à 300€ moins cher et la liaison entre les deux ville coûte en moyenne 70€ avec la compagnie Canadian Airways Congo (en sachant que les billets direct Paris-Brazza sont beaucoup moins cher). Il y a aussi la Royal Air Maroc et Ethiopian Airways qui desservent la ville depuis Charles de Gaulle et le prix des billets avoisinent les 900€ aller-retour.

Que faire à Pointe-Noire  ? Les lieux incontournables & les centres d’intérêt

Pointe-Noire est comme je le disais précédemment, la ville économique, d’où l’architecture de ville champignon (des 70’s) qui y règne en chef. De nombreux taximans (comme ils les appellent labàs) m’avaient dit que Brazzaville était culturellement et esthétiquement plus sympa. Néanmoins, j’ai quand même pu faire pas mal de choses et m’émerveiller de ce qu’il m’entourait, que ce soit dans la ville et aux alentours.

  • Dans la ville

1/ S’imprégner de l’ambiance en faisant un tour dans les rues de Pointe-Noire.
La rue est un véritable spectacle. C’est en se baladant que l’on découvre le quotidien des Ponténégrins. La ville n’est pas très adaptée aux piétons (pas de trottoirs et voitures qui roulent vite), excepté le centre où vous pouvez voir la gare du CFCO, faisant partie des vestiges coloniaux de la ville.

Source image

Nous avons ensuite parcourus la ville en taxi jusqu’au quartier Tchali-Boulangerie (où nous résidions) pour observer l’ambiance de rue. On y trouve de nombreux marchés, on entend la musique congolaise aux 4 coins des rues : Koffi Olomide, Papa Wemba, Frère Patrice Ngoy –  Les musiques parlent de Dieu, d’amour ou encore de bon poisson salé à manger (haha)!

le marché de Pointe-NoireLe marché de Pointe-Noire

Salon de coiffure pointe NoireSalon de Coiffure « Beauté du Crane »

J’avais décidé de me mettre en t-shirt, tong et pagne à l’Africaine. J’ai eu droit à quelques regards insistants et quelques sourires qui signifiaient « ooh une blanche en pagne !  » (bien que je ne le sois pas à 100%, là-bas je suis considérée comme tel !)

visiter le congo bazzaville

Dans Tchali, en sortant des voies goudronnées, nous avons d’abord fait connaissance avec Lichelle, puis Thomas et sa femme. Lichelle est commerçante et Thomas tient un petit bar de quartier où nous avons passé la soirée à parler du pays, tout en buvant des bières (et Gin Tonic pour ma part) à moins de 5€ la tournée (pour mon frère, ma mère, Thomas et moi). Ces commerçants se sont fait un plaisir de nous accompagner les jours suivants dans les rues de Pointe-Noire.

Ravin Pointe NoireDécouverte d’un immense ravin crée par la corrosion à 2 pas d’où nous logions. La vue était superbe, avec en prime un panorama de la ville et de l’océan lors de notre balade.

En marchant dans les rues « hors sentiers battus », des enfants nous encerclaient et nous disaient « bonjour » avec un grand sourire. En leur répondant, on entendait ensuite « ooh elle m’a répondu bonjour !  » C’était tellement mignon ! Thomas m’expliquait que ces enfants ne sortent pas (par faute de moyen) de leur quartier et que de voir « une blanche » les étonnent, car ils en ont jamais vu. On m’a d’ailleurs demandé si l’on pouvait me prendre en photo, un comble pour un touriste  haha 🙂

little congolese girlLes enfants en uniforme qui sortent de l’école. Pas de vêtements de marque, cheveux courts et tresses plaquées sur la tête obligatoire au risque d’être renvoyé chez soi.

En se baladant à Pointe-Noire, on se rend compte de la réalité de l’Afrique et des conditions de vie : égouts à ciel ouvert avec ses odeurs, décharge de déchets un peu partout dans la ville, l’hygiène sommaire etc. On réalise qu’il n’y a pas de poubelle public et que les gens sont peu sensibilisés à l’écologie car les priorités sont bien sûr ailleurs.

  • Mon conseil :

Pour découvrir le véritable Pointe-Noire, rien de mieux que de faire une belle rencontre avec un local du coin pour qu’il vous montre la ville hors des sentiers battus. Et ce n’est pas compliqué ! En montrant de l’intérêt pour le pays, la culture et en débarquant avec sa fraicheur et le sourire, un Congolais sera plus que ravis de vous présenter son pays !

2/ Faire un tour sur la côte sauvage à côté  du Mazra Club. C’est un lieu qui nous a été recommandé par le bouquin du petit futé (que je vous recommande d’acheter). Il s’agit d’un bar situé sur l’une des dernières mangroves de la ville. Nous y sommes allés vers 15-16h pour y découvrir un panorama splendide.

plage déserte pointe noireLe Mazra Club,  situé entre mangrove et plage sauvage.

Malheureusement, le bar avait l’air définitivement fermé, mais la mangrove était bel et bien là (avec quelques déchets à l’intérieur). Nous avons marché sur les planches au dessus des marécages pour y observer la faune et nous avons pu voir de drôles de poissons appelés Périophthalmes. Vous savez, ça ressemble à ces petits poissons primitifs sortis de l’eau pour ensuite se transformer en singe puis en humain lol 😀 Ce petit tour dure 5 minutes avant de se retrouver sur la plage.  Les grands bateaux de pêcheurs flottaient sur le lit de l’Atlantique et d’autres étaient « garés » en bord de mer.

Cote sauvage pointe Noire

beaute pecheur de pointe noire

De grands bancs de sables quasi déserts, quelques pêcheurs et travailleurs du coin se tenaient là, à savourer leur fin de journée tout en observant le proche coucher du soleil.

pêcheur

Des enfants jouaient dans les sources confluentes de l’océan et la faune et la flore environnantes des mangroves ont apporté un spectacle inoubliable à notre balade.

cote sauvage pointe noire

MANGROVES pointes noire

Oiseaux mangrove congo

Des enfants s’amusaient à courir après les oiseaux de la mangrove, provoquant le vol de centaines d’hérons sauvages. C’était magnifique !

L’air iodé de la mer, la douceur du soleil en fin de journée, le vent dans les cheveux… Que dire ! J’étais aux anges !

plage sauvage pointe noire

Nous y sommes retournés un matin pour voir les villages de pêcheurs Béninois. Nous avons été acclamés en roi à coup de tam-tam « Mundélé ! Mundélé » et nous en avons bien ri :D. Nous avons entendu les chants des pêcheurs qui ramènent les bateaux sur le rivages et nous avons vu ce qu’ils avaient ramené : requins et raie manta. Moi qui adore plonger, j’étais assez choquée de voir ça (oui je suis sensible à vrai dire quand il s’agit de bestioles et j’ai pas mal déjanté au Congo, de voir certaines tortures et vision d’horreur à leur égard).

  • Mon conseil

Prendre un taxi jusqu’au Mazra Club au bord de la côte sauvage (Une course coûte 1000 franc pour tout déplacement dans Pointe-Noire). Sur votre droite se trouve le passage et les marécages de la mangrove ainsi que la plage. Nous sommes ensuite allé à gauche de la rive. Sur la droite, se trouve les villages de pêcheurs béninois et le matin vers 7h30 – 8h, les pêcheurs débarquent avec les arrivages. Il ne faut pas filmer (ou alors discrètement) car ils n’aiment pas ça.

ps : Je le répèterai tout au long de l’article mais pour prendre les gens en photo, il faut soit leur demander, soit les prendre de dos (à leur insu) car c’est très mal vu. Souvent j’ai eu des questions demandant si ces photos vont servir pour des documentaires et « si l’on va se faire de l’argent sur leur dos ».

3/ Faire un tour sur la plage de la côte sauvage au centre ville au coucher du soleil. Rien de plus beau qu’un magnifique coucher de soleil qui se perd à l’horizon. Le tout en sirotant un cocktail. Pour cela, nous avons longé la plage du centre-ville jusqu’au bar/restaurant (au style de paillote) La Pyramide. Il s’agit du repère des surfeurs du coin où vous pouvez d’ailleurs prendre des cours pour environ 20€. Les gérants sont très avenants et répondent parfaitement à toutes vos questions sur le pays et les endroits à visiter.

plage de pointe Noire

Siropter un cocktail à Pointe-NoireRien de mieux qu’un bon cocktail au coucher du soleil.

Il existe une multitude de bar-restau-hôtel en bord de plage. Certains hôtels sont même ouverts aux clients qui désirent juste boire un verre et piquer une tête dans la piscine.

4/ Les autres trucs insolites à faire à Pointe-Noire

  • Tester les 100cents : ce sont des taxis ou des bus collectifs.
    J’avoue qu’au début, j’étais un peu septique à l’idée de prendre le 100 cent. Puis surtout d’entendre à l’extérieur un Congolais dire en Ingala : « Un blanc qui prend un 100 cent, c’est pour faire du tourisme !« . Car oui, déjà qu’en arrivant d’un pays étranger, on est le centre d’attraction des locaux, alors là du coup, c’était hilarant pour certains Congolais de me voir en pagne et de surcroit, en taxi collectif. Fort heureusement pour cela, j’étais accompagnée de ma mère qui est d’origine Congolaise. C’était moi qui connaissait le chemin, mais j’étais tout de même plus à l’aise avec elle.
    Pour prendre le taxi collectif, c’est simple comme bonjour, vous l’entendrez klaxonner. Il suffit de l’arrêter pour monter dedans. La course est à 150 franc par personne. Le plus hilarant, ce sont les bus bleus collectifs. Pas très confortable, mais insolites 😉
  • Aller au grand marché – FCO
    C’est un incontournable à faire – Parcourir le grand marché et y voir la grande mosquée tout en entendant l’appel à la prière (j’adore). Le pays est majoritairement Chrétien et animiste, mais il y a aussi une communauté musulmane – des ouest africains venant du Sénégal, du mali ou des Mauritaniens. Il faudra faire attention sur place aux pickpockets. Pas très loin, il y a un autre marché couvert (FCO, je crois qu’il s’appelle comme ça) c’est assez délirant (et insalubre) : y voir des chenilles sur les stands, le poisson séché et autre viandes de chasse. J’y ai acheté des graines de courges (que j’ai fait moudre sur place) (à 1000 franc) pour une bonne quantité – C’est une mine de bienfaits à mettre dans les soupes, salades et autres plats. J’ai également acheté des feuilles de plantes à infuser (très bonnes) et du café moulu à ramener pour les amis. Pour filmer ces marchés si insolites, j’ai du faire semblant que je me regardais dans mon téléphone pour m’enlever une poussière dans l’oeil lol.
  • Aller dans une église évangélique 
    J’adore, la musique, l’ambiance, tout ! C’est tellement prenant 😉 Moi qui ne vais jamais à l’église, j’irai tous les jours si je vivais au Congo. Il arrive aussi en marchant dans la rue, d’entendre des prières avec de magnifiques chants dans le rythme entrainant des instruments.

Africa

 

  • A l’extérieur de la ville

1/ Visiter le nord de Pointe-Noire et remonter jusqu’à l’embouchure du fleuve Kouilou

Les environs de Pointe-Noire regorgent d’endroits magnifiques où passer de superbes journées à admirer le paysage et les splendeurs qu’ils nous offrent. Nous avons décidé de louer un taxi à la journée (25000 francs CFA). L’idéal serait d’avoir plus de temps (et de louer un 4×4) pour pouvoir faire un peu de randonnée ou passer une 1/2 journée relax sur chacun de ces magnifiques spots.

  • Voir l’ancien port de Luango : séquence émouvante.
    C’est ici, dans ce lieu devenu paradisiaque qu’ont été débarqués les premiers esclaves. Pour y accéder, nous avons marché sur une petite route étroite entourée de manguiers. Notre taximan (qui servait aussi de guide) nous expliquait que sur certains arbres, il y avait la trace écrite qu’avaient laissés certains esclaves à leur famille. Non loin de là, il y a le musée de Luango qui relate l’histoire de ce port. Nous n’avons pas pu le faire car il était apparement fermé ce jour là (un samedi).

Port de Luango

  • Flâner sur la côte indienne : c’est sur cette côte sauvage que nous avons passé un petit moment, à pic-niquer tout en admirant les grandes vagues de l’Atlantique. Au loin sur notre droite, on pouvait voir les gorges Diosso. Cette plage était déserte. Un grand bonheur de pouvoir déguster dans le calme tout en écoutant la douce mélodie de l’océan.

  • Admirer les Gorges Diosso :
    C’est le spot que j’aurai voulu visiter une journée entière. En descendant dans les gorges, on peut faire une petite randonnée et voir des babouins et autres animaux sauvages. Vu d’en haut, nous avons pu voir un magnifique coucher de soleil et on peut apercevoir au loin les derniers rayons se refléter sur l’Atlantique. Un vrai délice pour les yeux 😉

visiter les gorges diosso Congo

les gorges diosso

visiter les gorges diosso

Gorges diosso Kouilou

  • Voir l’embouchure du fleuve Kouilou.
    Le fleuve est impressionnant. Nous sommes allés en haut du pont qui surplombe le fleuve pour avoir un point du vue sur l’embouchure. Nous y avons vu un banc de sable (blanc) qui sépare le fleuve de l’océan. Le paysage au loin était magnifique. J’aurai voulu marcher et lancer mon drone pour y voir un peu plus mais nous n’en avons pas eu l’occasion par manque de temps. Le blog de Fabrice (que j’ai beaucoup lu avant mon départ) relate très bien ce que j’aurais pu voir si je m’y étais promené 😉
    Nous sommes ensuite partis en dessous du pont aux abords d’une mangrove pour voir le fleuve de plus prêt. Il y avait un village avec plusieurs stands de fruits et légumes. En demandant au taximan s’il peut le faire pour vous (pour éviter les éventuelles hausse soudaine des prix), vous pouvez acheter des champignons pour 500 francs CFA (type mousserons) pour vous faire une bonne grosse omelette le soir avec des légumes du pays 😉

un piroguiers du fleuve KouilouUn piroguiers du fleuve Kouilou qui peut vous emmener sur l’autre rive.

  • Déjeuner un weekend aux restaurant Les pieds dans l’eau Une envie de langouste grillée et de bananes plantain ? Ce restaurant était parfait pour nous ressourcer dans un superbe cadre,  à deux pas des Gorges Diosso 😉

langouste grillée pointe-Noire

 

2/ Monter dans les hauteurs de Pointe-Noire pour voir les forêts de Palmier et gouter au vin de palme.

Pointe-Noire est une ville en voie de développement et donc grandit très vite. Il existe néanmoins sur les hauteurs de la ville de véritables havres de paix pour se sentir encore plus près de la nature. Pour y accéder, le mieux serait d’être véhiculé d’un 4×4 ; Nous avons pris un taxi en demandant la direction des hauteurs de Pointe-Noire (vers le camp militaire) pas loin du péage. Ce lieu n’existe pas encore sur Google map, mais tous les terrains libres ont été mis en vente et dans quelques années, ce lieu calme et paisible fera partie intégrante de la ville de Pointe-Noire. Nous avons pu marcher sur les terrains de poussière ocre, admirer les ravins et gouter au vin de palme.

Le vin de palme fraichement récolté

Allez on goûte !

  • Conseil :

Pour se déplacer en dehors de la ville de Pointe-Noire ou dans des lieux un peu excentré, je conseille fortement d’y aller à 2 convois par prévention (au vu de l’état des routes), ou avec un local (si vous êtes seul). Pour se faire, je me suis faite de bonnes connaissances durant le séjour et ce n’est pas bien dur au Congo, ils se feront un plaisir de vous aider au cas où 😉

visiter le Congo

Quelles sont les autres activités insolites à faire au alentours de Pointe-Noire ? Découvrez l’éco-tourisme.

L’éco tourisme, j’ai consacré un article entièrement dédié sur le blog. C’est la meilleure alternative pour visiter et découvrir la nature dans une logique éco-responsable.

1/ Visiter la réserve Naturelle de Conkouati Doli
Pour être au coeur des marais et des forêts équatoriales, pour voir les grands primates tout en soutenant l’association de protection des chimpanzés HELP. Par manque de temps, je n’ai pas pu le faire, mais voici un très bon récit que j’ai trouvé sur ce blog 

2/ Découvrir les tortues marines et participer à l’éclosion des bébés tortues sur les plages, avec RenaturaJ’avais déjà pris contact avec l’asso mais par manque de temps et sans véhicule, je n’ai pas pu le faire.

Quel autre parcours à suivre pour découvrir de beaux paysages ?

 

  • Le mot de la fin :

Pointe-Noire est une ville en voie de développement offrant de plus en plus d’infrastructures et d’activités dédiées à l’éco-tourisme. Si vous aimez la nature et les beaux paysages, la région est faite pour vous, vous en prendrez pleins les yeux 😉

Avez-vous aimé l'article ?
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?