• Menu
  • Menu

Visiter la république du Congo, que voir et que faire ?

Pourquoi visiter le Congo ?

Pour gouter au rythme de l’Afrique-Noire, découvrir ses poumons de verdure, sa faune, sa flore, goûter à sa culture chaleureuse et surtout pour sortir des sentiers battus du tourisme traditionnel.

Comment vivre pleinement ce pays méconnu par grand nombre ?

Je tiens à vous informer en amont : le pays est peu touristique. Malgré la beauté de ses paysages et de nombreuses choses à découvrir, il y a encore du pain sur la planche quant à l’accueil des étrangers. Que vous soyez noir, blanc ou métis(se) comme moi, vous ne passerez pas inaperçu 😉 Les regards se figeront sur vous, vous entendrez souvent  le terme « mundélé » en s’adressant à vous signifiant blanc (si vous êtes claire de peau) mais dès lors que vous montrez de l’intérêt pour la culture et  le pays, cette curiosité à votre égard se fera avec bienveillance.

Pointe-Noire paysages

Visiter le Congo, c’est aussi découvrir une autre réalité, avec ses infrastructures rudimentaires et un rythme de vie assez sommaire chez une majorité de la population.

De ce fait, il faut se préparer en amont et savoir deux ou trois petites infos indispensables pour être un voyageur averti :

1. Bienvenue au pays de la corruption et du bakchich
Alala, c’est bien la chose qui m’a le plus énervé dans ce pays. A peine arrivée à l’aéroport, le fait d’être une « mundélé » attise les convoitises : en effet, un blanc ou quelqu’un qui vient de l’Europe ou d’un pays industrialisé est considéré comme étant riche. Alors certains militaires n’hésiteront pas à vous chercher des noises, en échange d’un billet pour vous laisser tranquille. Cette forme de racket profite aux parasites de la société. Après un tel comportement, pas étonnant que le tourisme évolue lentement car ça donne une très mauvaise image du pays : la solution pour éviter que la situation empire est de ne surtout pas s’énerver, au risque de perdre beauuucoup de temps. L’idée est de parler avec le sourire et s’il persiste, éventuellement donner une petite somme (2000 franc CFA). Pour ce qui est de ma part, nous avons parfois du faire grande résistance, mais ce n’est pas si simple.

2. On évite de donner de l’argent et d’inciter à la mendicité
Rien de plus compliqué que d’aller dans un pays où l’on est tout le temps sollicité pour donner de l’argent (bien que j’éprouve une très grande empathie pour les personnes dans le besoin…). Le Congo est plutôt épargné. Les seuls mendiants que j’ai vu étaient à Pointe-Noire devant le magasin Casino (fréquenté en partie par des expatriés français). Comme je l’explique dans l’article sur comment être un touriste responsable, le tourisme de masse a transformé les comportements – souvent en croyant bien faire, on donne – au profit du racolage. Les locaux ne sont plus aussi bienveillants et le plaisir de voyager pour découvrir une nouvelle culture est biaisée. Si vous désirez faire un don, il existe des associations ou des alliances françaises qui savent comment et à qui les offrir. En revanche, la coutume du cadeau est très ancrée dans les moeurs au Congo. Si vous vous rendez dans un village ou que vous êtes invité ou accueilli chez quelqu’un, offrir un présent au chef du village annonce de belles relations pour la suite.

visiter un village au Congo

On part au Congo pour tomber amoureux de l’Afrique

Ce que j’ai aimé par dessus tout, c’est :

  • la chaleur des rencontres insolites,
    Bien entendu, j’exclus les cons, car il y en a partout 😉 Mais sinon, que ce soit dans la rue en me promenant, dans le taxi, lors de mes visites en excursion ou ailleurs, j’ai pu faire des rencontres plutôt insolites. Du fait de mon « étrangeté », j’attirais beaucoup l’attention. J’ai eu droit à des « bonjour Madame » de la part d’enfants qui m’encerclaient, à des chants de bienvenue à coup de tam-tam sur la plage de Pointe-Noire où des Gabonais chantaient « Mundélé ! Mundélé ! Mundélé !  » C’était assez marrant à vivre 😀

RENCONTRE AU CONGO

  • La beauté du pays et de ses paysages
    Etant une amoureuse de la nature, j’ai été gâtée à tous les niveaux. De la magnifique jungle du Mayombe au colines désertiques. Je regrette de ne pas avoir eu le temps de droner pour montrer tous ces paysages.

visiter les gorges diossoA savoir que le bassin du Congo avec ses forêts est le 2ème poumon de la terre après l’Amazonie.

  • De pouvoir savourer les plats locaux et tester de nouvelles saveurs
    J’ai de la chance d’avoir des origines congolaises et donc de la famille qui m’a concocté de savoureux plats. Mais j’ai aussi pu tester quelques restaurants. Mes plats préférés ? Langoustes grillées les pieds dans l’eau, poisson et poulet braisés. L’accompagnement dans les restaurants est relativement la même chose : riz et bananes plantains.  J’ai aussi goûté à d’autres légumes tels que les épinards, aubergines, safou, haricots, oseille, coco (feuille de manioc coupées dans de l’arachide et gombo)…
  • Et surtout, de pouvoir déguster des fruits frais tous les matins : ananas, mangues, bananes etc. Miam !

ANANAS frais congo

  • De vivre l’ambiance à la congolaise le soir
    Les Congolais aiment et savent faire la fête. Le pays regorge de ngandas (bars de quartiers) et de boites pour écouter la musique du pays, boire et danser.
  • De pouvoir découvrir une toute nouvelle faune
    Le Congo est le pays des primates. J’ai aussi découvert de drôles de poissons et de bestioles dans les marécages de Pointe-Noire

singe au congo

  • De vivre un total dépaysement et ses réalités
    Des égouts à ciel ouvert, des déchets dans la rue, l’hygiène très sommaire, les WC sans papier toilette dans certains bars, la tourista, mais aussi le chant rythmé des églises, l’ambiance festive à chaque coin de rue, les publicités hilarantes sur les façades des maisons, les marchés bruyants et délabrés, les plats à compo douteuses (chenilles, termites…), les tongues (mouchounabata), les boissons au gingembre et les pagnes en wax : bienvenue en Afrique noire !

Comment aller en république du Congo ?

Une question simple et compliquée à la fois ! Parce que l’arrivée au Congo doit se préparer bien en amont, ça ne se fait pas aussi rapidement que pour aller visiter l’Afrique du Sud. Vous devez au préalable prévoir une marge de manoeuvre pour faire votre VISA car ce dernier ne s’exécute pas en 1 jour. Pour cela, vous devez :

  1. Acheter votre billet d’avion (Ethiopian Airways, Royal Air Maroc, Air France) – Les billets vers Brazzaville sont moins chers que sur Pointe Noire.
  2. Faire un mandat cash à la Poste, à l’ordre de l’ambassade du Congo et préserver les dépôts. Il y a le VISA de 15 jours à 45€ et de 3 mois à 90€ (sans compter les frais de Poste de quelques euros). Pour plus de renseignements, contacter l’ambassade : Ambassade du Congo-Brazzaville en France
    37 bis rue Paul Valéry
    75016 Paris
    Téléphone : 01 45 00 60 57
    Fax : 01 40 67 17 33
  3. Vous rendre à l’ambassade du Congo en matinée, muni de votre passeport (et sa photocopie), de 2 photos d’identités et de la preuve de dépôt du mandat.
  4. S’armer un peu de patience car ça prend un peu de temps. Il faudra remplir un papier vous demandant le motif du séjour, votre adresse sur place etc. (so boring!)

Si vous ne voulez pas faire les démarches vous-même, il existe des organismes (payants) qui vous le feront avec grand plaisir 😀

Que préparer pour aller au Congo ou en Afrique équatoriale ?

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire et les médicaments contre le paludisme sont plus que recommandés pour de courtes périodes. Pour ce faire, il faut aller faire les démarches dans un centre médical spécialisé. Ca tombe bien, j’ai  écrit un article sur le centre de vaccination international le moins cher de Paris pour ceux que ça intéresse 😉 En arrivant à l’aéroport, vous devrez montrer votre petit carton jaune avec la date de vaccination, au risque de ne pas pouvoir entrer sur le territoire.

au dessus du saharaSurvol du Sahara avant d’arriver au Congo

Que prendre pour aller à Pointe-Noire ?

Tout dépend de la saison durant laquelle vous partez. Je suis arrivée à Pointe-Noire au début de la saison des pluies, alors j’avais prévu toute la panoplie anti-pluie et anti-piqures de moustiques.

VALISE BERGEN

La-bas avec la chaleur, on est vite tentée (pour la gente féminine) de se mettre en mini short et débardeur. Or en Afrique Noire, lorsqu’on veut se fondre dans la masse, s’habiller court n’est pas vu d’un très bon oeil : alors j’ai par la suite évité de trop dévoiler mes gambettes au profit de shorts et de jupes légèrement au dessus du genou (ou de pagnes). Pour mes excursions, j’ai donc pris :

  • Un imperméable pour la pluie
  • Une casquette pour le soleil
  • Mes lunettes de soleil
  • Des chaussures de rando imperméables / ou baskets confortables impermeables
  • Des chaussettes longues
  • Des méduses ou tongs pour la plage
  • Un pantalon léger pour éviter les piqures le soir
  • Un short la journée pour aller à la plage ou se balader dans des endroits sans insectes oppressants (en ville par exemple)
  • Des t-shirts à manche courte pour la journée
  • Des t-shirt à manche longue pour la soirée
  • Une veste ou une sorte de châle sur les épaules pour me couvrir dans les endroits climatisés et pour sortir le soir.
  • Quelques robes, parce que bon, ça va quelque temps de s’habiller qu’en Indiana Jones ! 😀

Comment se loger en république du Congo ?

Le pays étant peu touristique, l’offre hôtelière est relativement chère par rapport au coût de la vie. Les prix avoisinent ceux pratiqués en France et la qualité de service n’est pas optimale. Le mieux est de louer une maison à un particulier, sur Air BnB par exemple.

Comment se déplacer pour visiter le Congo ?

On ne manque pas de moyen de transport en ville, ni pour aller d’une grande ville à une autre. Les taxis sont en rude concurrence et le déplacement coûte en moyenne 1000 franc CFA (1€60) en ville. Pour aller de Pointe-Noire à Brazzaville, la compagnie Canadian Airways Congo (que j’ai prise) est abordable (45 000 francs CFA, soit 70€ (l’aller). Pour visiter aux alentours des villes, il vous faut soit un 4×4 ou bien un chauffeur de taxi à la journée. La 1ère solution est bien la meilleure car elle vous offre plus de liberté. Pour le 4X4, le coût de la location est extrêmement élevé depuis le Congo (200€ la journée), alors mieux vaut réserver depuis la France ou sinon trouver une connaissance sur place qui vous trouvera un véhicule à bon prix. A savoir que la conduite en ville au Congo mérite une grande concentration (ils conduisent trèèès trèès mal et dangereusement).

Dolisie Congo

Que voir et que faire au Congo Brazzaville ?

Tout dépend de la nature et du temps que vous consacrerez à votre voyage. Voici donc les incontournables à faire, vous n’avez plus qu’à cliquer pour voir plus de détails 😉 :

1/ Visiter la capitale Brazzaville et ses alentours

restaurant mamiwata brazzaville

2/ Visiter Pointe Noire pour sa côte sauvage, ses canyons, en passant par le Mayombe jusqu’à Dolisie.

La côte sauvage à Pointe Noire

3/ Excursion dans une réserve naturelle pour voir sa faune et sa flore et faire de l’éco-tourisme, en plein essor dans les pays d’Afrique

visiter le Congo

Comment visiter le Congo ?

Question bête mais que je me suis posée une fois arrivée sur place. Comme je l’ai mentionné plus haut, le pays n’a pas d’infrastructures adaptées au tourisme. Il faut avoir une petite âme aventurière pour vouloir visiter le pays ou sinon être pris en charge par un tour opérator. Pour ma part la meilleure solution est d’être accompagné par un local et de s’organiser un minimum. Alors comment faire lorsque l’on a prévu de voyager sans agence spécialisée ?

1/ Tout d’abord, bien planifier ses activités en amont. Pour suivre le mien, je vous invite à cliquer chaque détail dans la rubrique juste au dessus et d’acheter le bouquin du petit futé (qui mérite toutefois quelques petites mise à jour).

2/ En fonction de votre programme, prévoir un taxi-chauffeur à la journée, négocier les prix avant de monter dans le véhicule (important).  Ou louer un 4×4 bien en amont depuis la France pour économiser 😉

visiter le congo

Le Congo Brazzaville est-il dangereux ?

Je n’ai pas du tout ressenti l’insécurité en me promenant parfois seule dans le pays. Bien entendu, le soir, on ne traine pas seul dans les rues sombres (à moins d’être maso) – car on m’a parlé de ces fameux « bébés noirs« , sortes de délinquants juvéniles ultra violents. Pour ma part, je n’en ai pas croisés, lol,  j’étais de sortie tous les soirs mais dans des lieux sûrs (rue où ça vit, club etc.).

En revanche, il y a le sud de la région du Pool et les frontières avec la Centrafrique à éviter. Il faut le dire, l’Afrique est si spéciale et la stabilité politique a un très grand enjeu dans la sécurité des pays. En ce qui concerne La république du Congo, je le répète, il n’y a pas de problème 😉

  • Le mot de la fin : 

Le Congo est un magnifique pays avec de nombreuses ressources, encore peu exploitées et qui méritent d’être visitées. Partir au Congo, c’est comme découvrir un autre monde avec une ambiance rythmée et une chaleur à tous les niveaux.

Avez-vous aimé l'article ?
[Total: 0 Average: 0]
Joanna

#traveladdict #entrepreneurship

View stories

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *